Pierre Renaut… ou quand le futur nous réserve de belles surprises

Du conseil à l'exécution

Pierre Renaut… ou quand le futur nous réserve de belles surprises

Pierre Renaut a débuté dans le milieu des technologies de l’information à l’époque où un ordinateur faisait la taille d’une salle à manger et emmagasinait à peine 128 K de mémoire.

L’informatique a évolué, Pierre aussi. Sa passion pour les technologies de l’information est toutefois toujours aussi vive.

Originaire de Belgique, Pierre s’est inscrit à l’Université Catholique de Louvain en sciences économiques appliquées. Aux débuts de ses études, il n’avait pas d’idée précise sur ce qu’il souhaitait réellement faire. Il savait par contre qu’il n’avait nullement envie de passer sa vie derrière un bureau à calculer des statistiques.

Ça explique son coup de foudre pour l’informatique avec les ordinateurs capables de les calculer pour lui. C’est lors de sa quatrième année à l’université avec le cours de programmation que la révélation pour son avenir professionnel s’est produite. « J’ai découvert un univers qui m’a passionné », lance-t-il.

Il a tellement aimé qu’il est devenu chargé de cours en informatique de gestion à l’université pendant quatre ans. Comme il avait accès à tout le matériel de l’université, il en a profité pour apprendre les bases du métier et accroître ses connaissances.

Il a par la suite fait le saut pour aider à bâtir une société de services conseils parapublique à titre de directeur pendant sept ans. C’est au cours de cette période que son histoire avec le Québec s’est amorcée; une fois par année pendant une semaine, il était chargé de cours à l’Université de Sherbrooke.

Ces visites au Québec l’ont mené à recevoir une offre d’emploi de la plus grosse firme informatique québécoise de l’époque, DMR, qu’il a acceptée. À 36 ans, il s’est établi à Montréal avec sa femme et ses trois enfants où il a appris à évoluer au sein d’une culture d’affaires totalement différente. « Au Canada, ça va vite faire des affaires. En l’espace de quelques semaines, vous parvenez à signer un contrat. Par contre, votre client peut décider de changer de fournisseur en un claquement de doigt. En Belgique, c’est difficile de gagner un client, ça prend du temps, mais lorsque vous l’avez il est d’une grande loyauté », illustre-t-il.

La plus grande aventure de Pierre a débuté lorsqu’il a choisi de fonder sa propre compagnie. Ses sept années passées chez DMR lui avaient bien permis de développer quelques contacts, mais il demeure que son arrivée au Québec était relativement récente et il n’avait pas d’anciens collègues du secondaire ou bien de l’université qui puissent lui donner sa chance. Les premières années ont été difficiles et stressantes puisqu’il avait une famille à soutenir.

Le vent a fini par tourner en sa faveur et il a décroché des contrats d’envergure avec notamment Métro qu’il a accompagnée pour l’implantation de son système SAP, qui est toujours fonctionnel aujourd’hui. Il a été, par intérim, vice-président aux Caisses Populaires et CIO chez Via Rail. Il a également été conseiller à la haute direction de Bombardier Transport. Il était présent pour éteindre les feux un peu partout que ce soit aux États-Unis, au Québec, à Berlin, à Londres ou encore à Bruxelles.

« Ma spécialité est de prendre des projets en difficulté ou des situations problématiques et de les gérer afin de les redresser et d’en faire un succès. Je me définirais comme une main de béton dans un gant de velours », résume-t-il.

En parallèle de cette carrière de consultant, il a poursuivi l’enseignement universitaire au MSC et MBA pour cadres de manière régulière pendant près de 30 ans. Son défi était de former des jeunes cadres à sortir des sentiers battus en osant proposer des solutions qui sortent de l’ordinaire.

L’informatique a eu beau évoluer au cours des 50 dernières années, la résistance au changement demeure quant à elle toujours bien présente, observe M. Renaut. « À l’époque, la gestion du changement dans nos organisations nous en préoccupions déjà. La technologie, ça s’apprend, le changement cela se vit. Le mariage des deux dans les entreprises qui veulent évoluer est très complexe. C’est une des raisons d’être de Loran », explique-t-il.

Lorsque son grand ami Louis St-Hilaire, président de Loran Technologies, lui a expliqué sa vision, il n’a pas hésité à se joindre à lui pour développer l’entreprise. 

Aujourd’hui Pierre diversifie ses activités. Il affectionne depuis près de 50 ans la photographie. Fidèle à son désir d’être toujours au fait des dernières technologies, il utilise maintenant un drone pour réaliser ses photos. Il a même réussi les examens de Transport Canada pour piloter son drone. 

Il utilise ses connaissances dans ce domaine de pointe innovant pour étudier les applications de cette nouvelle technologie dans la transformation des façons de travailler dans plusieurs secteurs de la vie économique. Pierre ne fait jamais les choses à moitié!

Pas étonnant que cet amateur de bande dessinée ait un faible pour les aventures du marin Corto Maltese, une œuvre du dessinateur italien Hugo Pratt. 

Renaut est la preuve que lorsque l’on ose le changement, le futur nous réserve de belles surprises!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *